Réaction après l’attentat à Charlie Hebdo

C’est la liberté de la presse qu’on a assassinée !

C’est surtout la liberté qu’on a assassinée !

Liberté, Egalité, Fraternité. Ce triptyque de la République française est pour nous inaliénable et il repose sur nos valeurs démocratiques. La liberté de la presse, socle essentiel de la démocratie, ne souffre aucune contestation ni dans ses fondements ni dans ses actions. Ces principes fondamentaux de notre nation ont été lâchement bafoués par une terreur aveugle et barbare que nous condamnons ici fermement. Nous en sommes tous éprouvés et meurtris. Mais nous, hommes politiques et citoyens, ne baisserons pas la garde pour autant. Pour lutter contre l’obscurantisme que d’aucuns cherchent à imposer dans des actes de violence répétés, chacun d’entre nous a un rôle à jouer dans la Cité et qui dépasse son propre sort, son propre intérêt. Ceux qui ont perdu la vie dans cette tuerie, journalistes, dessinateurs, personnels et policiers, payent un lourd tribut à l’idéal républicain. A leurs familles, à tous leurs proches, à tous les défenseurs de la Liberté et à tous nos concitoyens, nous présentons nos condoléances les plus sincères et réaffirmons notre foi en notre République Française.

Le Président du Conseil Général de la Moselle.